On peut avoir honte du monde tel qu’il est, honte de ses propres richesses face à ceux qui n’ont rien, honte de la fortune des puissants lorsqu’elle devient indécente, honte de l’état d’une planète que l’humanité asphyxie, honte des comportements sexistes ou des relents racistes.
Ce sentiment témoigne de notre responsabilité. Il n’est pas seulement tristesse et repli sur soi, il porte en lui de la colère, une énergie transformatrice. C’est pourquoi Marx proclame que la honte est révolutionnaire.
Dans cet essai qui prolonge la réflexion de son livre Désobéir, Frédéric Gros, convoquant notamment Primo Levi et Annie Ernaux, Virgine Despentes et James Baldwin, explore les profondeurs d’un sentiment trop oublié de la philosophie morale et politique.
AUTEUR : frederic gros
Editeur : albin michel
234 pages, 18€