Depuis dix ans, chaque vendredi à 8h55 sur France Inter, François Morel a rendez-vous avec des milliers d’auditeurs. Quelques minutes pour croquer l’actualité dans ce qu’elle a de pire, et parfois de meilleur. Avec la crise sanitaire, ces billets d’humeur devenus chroniques sur le confinement racontent avec drôlerie les matins qui se ressemblent, l’absence de lien social et de vie culturelle. Des situations cocasses, parfois dramatiques, qui lui inspirent quelques vers comme le poème Tenir écrit fin mars 2020. Ou encore Uchronie 2022 qui inaugure l’année 2021.On découvre également un artiste sensible, furieux de ne pas pouvoir jouer, exercer son métier. Triste aussi de ces trop nombreux disparus auxquels il rend un merveilleux hommage : Juliette Gréco, Anne Sylvestre ou encore Jean-Claude Carrière.François Morel se tourne bien sûr vers l’actualité, et propose à ses auditeurs une bouffée d’oxygène, « un peu de fraîcheur », comme il l’écrit, il parle alors de la pédophilie dans l’Église ou encore des féminicides en s’interrogeant sur l’apparition des femmes sur Terre.François Morel n’en oublie pas pour autant les fondamentaux, et nous livre avec délice un hymne à la charentaise des Charentes ou encore une ode au pâté en croûte.

auteur : François morel
éditeur : Denoël
246 pages, 19.90€